Sélectionner une page

Dans un précédent article, nous expliquions qu’il était nécessaire que les traducteurs indépendants créent leurs propres processus. Nous avions suggéré, entre autres, la mise en place d’une checklist récapitulant toutes les informations qu’il vous faut connaître/dont vous avez besoin avant d’accepter un projet de traduction. Cette checklist est le moyen idéal d’éviter les mauvaises surprises au cours de vos projets ! Nous avons donc compilé ci-dessous la liste de toutes les informations que vous devrez obtenir de vos clients.

Le texte source tu liras

Vous n’accepterez pas de projet de traduction sans avoir posé les yeux sur le document source définitif. Insistez, bataillez et si vous n’y parvenez pas, demandez à lire quelques extraits. Si le client est dans l’incapacité de vous fournir les documents demandés, attendez avant de fixer un tarif ou un délai. Il est monnaie courante de voir des traducteurs convenir d’un tarif et d’un délai de livraison pour finalement découvrir que le document d’une simplicité enfantine décrit par le client est, en réalité, un contrat juridique technique concernant une fusion… Il est primordial de juger la difficulté d’un texte source par soi-même !

Le format du document et mise en page tu vérifieras

Assurez-vous de pouvoir travailler avec le format du document source et mettez-vous d’accord avec le client sur le format du document à livrer. Si vous utilisez un outil de TAO, vous devrez vérifier que le format du document est accepté par votre outil ou s’il pourra être converti facilement. N’oubliez pas de demander au client s’il souhaite que le format du document cible soit identique à celui du document source. Tous les traducteurs indépendants ne proposent pas ce service mais, si c’est votre cas, vous pouvez éventuellement facturer des frais supplémentaires de publication assistée par ordinateur.

Le style et terminologie tu choisiras

S’il est un sujet délicat à aborder, c’est certainement le style d’une traduction. Au-delà d’être assez subjectif, il dépend également beaucoup de la qualité du texte source. Cependant, n’hésitez pas à collecter autant d’informations que possible. Inspectez le texte source puis fiez-vous à votre jugement pour décider s’il faut conserver ou non le style original. Le client s’attend à de la transcréation ? Alors, revoyez vos tarifs ! Il est également essentiel que vous connaissiez le public auquel votre traduction sera destinée. S’agit-il d’experts ou bien la traduction doit-elle être adaptée à un public plus large ?

Du contenu à traduire tu t’assureras

Dans un projet de traduction, le doute n’a pas sa place. Vérifiez autant de fois que nécessaire auprès du client le contenu devant être traduit. Confirmez également le nombre de documents : il est possible que vous n’ayez pas tout reçu. Si le client vous envoie un document Excel, vérifiez quelles feuilles doivent être traduites. Cela vaut également pour les images ! Doivent-elles être localisées ? Quoi qu’il en soit, attendez d’avoir reçu le nombre exact de mots sur les images avant de vous mettre d’accord sur le bon de commande.

Du délai de livraison tu conviendras

S’il est un sujet que ni vous ni le client n’oublierez d’aborder, c’est certainement le délai de livraison. Prenez en compte tous les éléments mentionnés jusqu’à présent pour proposer le meilleur délai possible, tant pour vous que pour le client.
Si vous n’êtes pas sûr de la date à laquelle vous serez en mesure de livrer, vous pouvez toujours proposer une période approximative ou bien la livraison par lots.

Une fois que vous aurez toutes ces informations en main, vous pourrez générer un bon de commande clair et précis. Même en ayant les réponses à ces questions, vous n’êtes pas à l’abri d’une mauvaise surprise au cours d’un projet de traduction mais, au moins, vous ne serez pas hanté par cette question lancinante : « Et si j’avais demandé… ».